Le Jour où la Terre s'arrêta (1951 et 2008)

Le film de 1951 : 

En mêlant une profonde et intéressante réflexion à un divertissement de grande classe, aidé par un casting impeccable et des dialogues exquis, Robert Wise signe son premier monument, avant le sous-marin Nerka, West Side Story et la Mélodie du Bonheur. Le film peut aussi être regardé comme un document historique, une véritable perle sur une époque avec ses modes, ses conceptions et ses peurs. Sans être un chef d'oeuvre, ce pilier de la SF a inspiré toute une génération de réalisateurs et de cinéphiles, et c'est déjà pas mal. Klaatu Barada Nikto !

Le film de 2008 : 

Scott Derrickson n'avait visiblement pas le talent requis pour s'attaquer à une oeuvre de la trempe du classique de Wise, et nous pond une oeuvre batarde que l'on est incapable de classer entre du sous Michael Bay et un film maladroitement réflectif. Le casting est d'une nullité affligeante (dommage pour Jaden Smith et Keanu, qui valent mieux que ça), le scénario s'égare en blablas inutiles malgré la courte durée du métrage... Pour la note d'espoir, on retiendra la bonne idée (mal exploitée) de la transposition au problème écologique, et quelques minutes intéressantes et franchement bien foutues de scènes d'action. Bref, un potentiel énorme gâché par ce mauvais téléfilm, insultant pour son ancêtre de 1951.