La Guerre des Mondes

Le film : 

Spielberg met une fois de plus la technique au service de l'art, et sa virtuosité picturale (quels plans séquences, quelle mise en scène !) au service de son propos. Une ambiance Hitchcockienne, pour un récit exprimant -comme Munich- un pessimisme rare et un regard désabusé sur notre espèce. Le happy end, outre un ultime respect envers le darwinisme de l'oeuvre de Wells, souligne la seule chose qui compte vraiment pour Spielberg : la cellule familiale, clé de voûte de son œuvre. Spectaculaire et passionnant.


Vidéo
La compression irréprochable sert au mieux l'esthétisation incroyable d'une des plus grandes réussites du duo Spielberg/Kaminski. Les effets photographiques postproduits délivrent une image crade, souvent très granuleuse, aux teintes sur ou désaturées, aux blancs cramés, mais toujours avec une définition et une fluidité sans reproche (merci Paramount/ Technicolor !). De très rares tâches sur le master ne nuisent jamais à la jouissance visuelle permanente. Les amateurs (!) d'images lissées et DNRisées risquent en revanche de prendre peur. La Guerre des Mondes confirme bien une chose : si vous cherchez des rééditions qui respectent rigoureusement la vision de leur réalisateur et qui bénéficient d'un transfert hors norme, achetez du Spielberg !

Audio
Même traitement, même jubilation et même reproche que pour le Soldat Ryan : La VO en DTS HD Master Audio repousse les limites du Home Cinema et se hisse en référence incontournable du support (quelle richesse dans le LFE !). C'est sans conteste un des mixages les plus impressionnants que l'on ait pu entendre de notre vie. Mais ce "top son" se trouve encore pénalisé par l'absence d'encodage HD sur la VF. Regrettable, mais pas trop grave au regard du résultat final, gigantesque.